- Récit de traversée -

552 milles en 4 jours et 19h25

Du jeudi 15 au mardi 20 septembre 2022

Après plusieurs jours passés à Nazaré, une fenêtre météo semble s’ouvrir propice à la traversée vers l’archipel de Madère. C’est donc décidé, nous n’irons pas à Péniche comme nous l’avions envisagé. Le départ pour Porto Santo est acté !

JOUR 1 - 15/09/22

On quitte le vieux continent à partir de Nazaré, il est 16h10. Cette fin de première journée n’est pas terrible, il faut d’abord slalomer entre les filets de pêcheurs dans la baie de Nazaré. Puis on avance péniblement à la voile par vent faible de Sud-Ouest vers les îles Belangas au large de Péniche mais nous décidons de virer pour éviter ce qui nous semble être un gros grain avec des nuages très bizarres. Bien avant la nuit, le vent nous fait défaut et on met le moteur cap au 220. Le vent tourne dans la nuit aux sud sud-est et nous alternons  voile et moteur jusqu’au petit matin. 

JOUR 2 - 16/09/22

En début de matinée le vent tourne un peu plus Est comme prévu et monte légèrement ce qui nous permet de naviguer au largue en atteignant par moment 4 noeuds de vitesse. Comme tout l’équipage est réveillé, il est alors temps de hisser le spi enroulable. On gagne direct 1,5 noeuds de vitesse. Nous sommes alors sous le soleil et surveillons les cargos qui passent dans le DST (dispositif de séparation de trafic) au large de Lisbonne, c’est la route vers Gibraltar.
S’ensuit alors une belle journée sous spi avec le vent qui a tendance à tourner Nord ce qui nous oblige à faire plus de Sud. En fin de journée alors que nous allions enpanner sous spi et GV, le vent monte un peu et nous décidons alors d’affaler la GV et de ranger le spi pour naviguer sous génois seul pour la nuit faisant un cap au SW.
Nuit tranquille du point de vue navigation sous un magnifique ciel étoilé au début mais difficile pour dormir avec la petite houle qui nous secoue dans tous les sens. 5

JOUR 3 - 17/09/22

Nous avons très peu dormi. Au petit matin le ciel est couvert et le vent toujours de Nord a légèrement faibli. Une fois n’est pas coutume et comme la veille dès que l’équipage est au complet on renvoie le spi enroulable. Vent léger toute la journée mais suffisant pour avancer entre 3,5 et 5 noeuds. Notre cap au 240 nous fait faire une route un peu trop Nord par rapport à la route directe. La température est agréable mais le soleil ne perce qu’en milieu d’après-midi et ne nous permettra pas de recharger correctement nos batteries avec nos panneaux solaires aujourd’hui.
Nous laissons le spi pour la nuit jusque 5h du matin le vent monte un peu et l’on préfère remettre le génois. Nous apercevons quelques rares cargos et l’un d’entre eux va nous passer très près.

JOUR 4 - 018/09/22

Nos batteries sont descendues en dessous de 50 % et vers 7h du matin nous mettons en route le moteur pour charger pendant 2 heures. Il est un peu plus de 9h quand nous atteignons 75 % de charge. On coupe alors le moteur et on renvoie le spi cap au 230. Le ciel est nuageux mais le soleil domine et l’on sent que la température a augmenté. Vers 13h nous voyons enfin quelques dauphins sauter au loin.
En fin de journée une belle houle s’est à nouveau formée et le vent monte à 15 noeuds, il est environ 18h30 quand on affale le spi pour remettre le génois. 21h : les quarts de nuit commencent et il est difficile de dormir jusqu’à 2h du matin où la houle se calme enfin.

JOUR 5 - 19/09/22

Il fait chaud dès le petit matin avec un vent léger qui nous permet d’avancer à environ 4 noeuds sous spi. Malheureusement le vent faiblit et il devient difficile de tenir le spi alors nous mettons le moteur. Il est alors 13h. La bonne nouvelle c’est que ce sont les conditions idéales pour faire des croque-monsieur et se baigner au milieu de nul part. C’est ce que nous ferons dans une mer d’un bleu profond avec 4000 mètres de fond. Sensation unique…
Le vent ne reviendra que dans la nuit et de direction ouest ce qui nous permet de remettre les voiles et d’avancer auprès à 5 noeuds de vitesse à un cap trop Sud par rapport à la route directe.

JOUR 6 - 20/09/22

Par chance le vent adonne toute la matinée (c’est à dire qu’il tourne à notre avantage pour nous approcher du cap souhaité) et vers 8h30 la terre est en vue. On approche Porto Santo sous un ciel menaçant. On découvre une île aride au relief très vallonné. À 4 miles des côtes alors qu’un arc-en-ciel apparaît, nous mettons le moteur pour atteindre le port. Il est 12h25 lorsque l’on s’accroche à une bouée de mouillage dans le port de Porto Santo.

1 commentaire

LESAFFRE · 24/09/2022 à 11:54

C’est super les filles quel courage merci pour le journal bien écrit, merci pour les magnifiques photos. Je vous suit grâce à l’AIS . BONNE CONTINUATION ET BONNE NAV GARDEZ LA VIGILANCE.
ATLANTIS MYHRISSE. Bises à vous deux.

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.