Faire le tour de l’Atlantique Nord à la voile sur une année suppose de suivre un timing rythmé par les systèmes météo mais laisse tout de même quelques latitudes sur le choix de certaines escales.

Le timing est principalement rythmé par les deux traversées de l’Atlantique. L’ aller se fait avec les alizés qui nous porteront jusque l’arc antillais. Les alizés sont présents toute l’année mais commencent en principe à se mettre en place de façon constante courant novembre. Cela correspond à la période de fin de risque cyclonique. L’idéal serait de traverser entre fin novembre et fin décembre pour profiter de ces alizés de nord-est établis qui ont ensuite tendance à se renforcer en intensité plus on avance dans l’hiver. L’objectif de passer le nouvel an aux Antilles semble idéal, cela laisse le temps de pouvoir profiter de l’arc antillais avant la période propice à la transat retour. Cette transat retour se fait idéalement en mai-juin afin d’éviter les tempêtes de fin d’hiver de l’Atlantique Nord et le début de la saison cyclonique sur les Caraïbes qui débute en juillet.

Cette carte illustre les grands systèmes de vents et courants qu’il faut prendre en compte pour naviguer dans l’Atlantique Nord. On voit que la direction des vents (en vert) et celle des courants (en bleu) sont globalement concordantes. Tout cela s’organise autour de l’anticyclone des Açores qui sépare la zone tempérée avec  des vents dominants de secteur ouest au nord et la zone tropicale avec  des vents dominants de secteur est au sud. Le positionnement et l’intensité de cet anticyclone sont variables. Selon les saisons, le centre de ce système de hautes pressions se déplace entre les Bermudes et les Açores. C’est un élément majeur du système météo global de l’Atlantique Nord, un élément à regarder de près notamment lors de la transat retour au printemps, période où il se positionne plutôt vers les Açores. Sur la carte figure également la zone concernée par les cyclones, à éviter impérativement durant la saison cyclonique qui s’étale de juin à novembre.

C’est donc en prenant en compte tous ces paramètres et notamment celui de la période de retour vers les Açores que nous calculons notre date de départ. Si nous partons de notre port d’attache Boulogne-sur-Mer en août, cela nous laisse trois bons mois pour rejoindre notre point de départ de la transat aller. Ce sera la traversée du Golfe de Gascogne pour rejoindre l’Espagne, puis le Portugal. Ensuite la question d’une escale à Madère se pose, à moins que nous passions par le Maroc ? Ce qui est certain, c’est que nous souhaitons avoir du temps pour profiter des Canaries et rejoindre ensuite le Cap Vert avant la traversée.

Le premier trimestre sera consacré à l’arc antillais. Il faudra ensuite décider jusqu’où on remonte, et si on part directement aux Açores ou si on remonte plus vers le nord avec pourquoi pas un crochet par les Bermudes.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *